David Bowie est mort. Encore.

Il a quitté notre planet earth, and there’s nothing we can do.

Laissant derrière lui un monde où ne cessera de raisonner sa voix.

Après une crise cardiaque sur scène en 2004, on ne le voit plus aussi souvent. Il se fait discret. Il ne sortira un nouvel album que 9 ans plus tard, The Next Day, qu’il réalise dans la discrétion la plus totale, pas étonnant pour une star qui aura tout osé en cinq décennies avant de baisser le rideau et de se dévoiler au compte-goutte.

En novembre dernier, il sort Blackstar, single de son dernier album et ultime cadeau d’adieu. Un adieu transcendant, vraisemblablement écrit pour être offert à titre posthume.

Look up here, I’m in heaven

I’ve got scars that can’t be seen

I’ve got drama, can’t be stolen

Everybody knows me now

Sa mort est à l’image de sa vie. Une oeuvre d’art.

So long, Spaceboy. Tu laisses derrière toi un demi-siècle de carrière jalonné d’albums mythiques, d’une période berlinoise dorée avec Iggy Pop et Brian Eno, de coucheries invraisemblables (Amanda Lear était ton type de mec ?), de scènes de cinéma tout aussi mythiques les unes que les autres, et de personnages qui seront à jamais encrés aussi bien au Panthéon du rock, que dans nos esprits à tous.

Au-delà de l’artiste complet qu’il était, Bowie est devenu une source d’inspiration pour ses contemporains, à l’instar d’un Andy Warhol, il a su drainer vers le haut toute une génération. Que dire de l’influence qu’il aura pour les Madonna, Björk ou encore Nine Inch Nails et la vague des nouveaux groupes rock anglais… Pendant sa période berlinoise, qui fut pour lui un vivier créatif, il était dans la mouise avec Iggy Pop.

bowierobertrowlands2ok

Bowie a tout simplement, de par son envie de toucher à tout,  donné un nouveau sens au mot création. Toute sa vie, il n’a jamais cessé de créer, d’inspirer, ou d’inciter à créer.

Bowie est mort en créant.

Aujourd’hui, tu quittes notre monde pour retrouver de vieilles connaissances, d’ailleurs, un vaisseau que tu as réservé s’apprête à décoller.

Major Tom : « Tour de contrôle, ici Major Tom, le décollage s’est effectué à merveille, l’équipage se porte plutôt bien. »

Thin White Duke : « Tommy, les petites roues vertes me courent toujours derrière, ma mère m’avait pourtant prévenu de ne pas te faire confiance, on est où là ? »

Ziggy : « Nous sommes entrés dans la voie lactée mon ami, pour mieux nous diriger vers Mars, je vais enfin vérifier s’il n’y a pas que de l’eau. »

David : « Ne vous emballez pas les gars, on a une étoile noire à visiter d’abord, une petite escale où on pourra aller faire la bringue. J’espère que vous avez ramené vos chaussures rouges… »

 

1947 – 2016

01-11-16-bowie-1000

 

 


 

Comme Bowie est partout dans le monde de l’art (et dans le monde tout court), on a décidé de choisir un titre, un clip, une oeuvre, une photo, une scène de film, une pochette d’album… que Bowie aura magnifié de son âme.

Arslan

Neuf ans après, peut-on parler d’hommage ?

Lamya

J’aimerais citer l’album de Lou Reed, Transformer, que Bowie a produit et dans lequel il fait les chœurs. C’est par lui que je l’ai connu et que j’ai commencé à l’apprécier. Hommage (dommage) collatéral !

Yanis

Je me souviens ne pas l’avoir reconnu quand je l’ai vu dans le rôle de Tesla dans Le Prodige de Christopher Nolan. Ça m’a marqué parce qu’après avoir su que c’était lui, je me suis dit « Purée ce mec en plus d’être un caméléon, il n’arrête pas de créer, partout, toujours ».

Et sinon, Bowie a toujours aimé que l’objectif prenne son reflet plutôt que lui-même (il n’y a qu’à googler David Bowie mirrors pour s’en rendre compte), c’est pour ça que cette photo me fait office de fond d’écran ces derniers jours.

Malek

Dans le manga Jojo’s Bizarre Adventure, le design de Yoshikage Kira est très ressemblant au Bowie des 80s. L’inspiration n’a jamais été confirmée, mais connaissant les goûts musicaux de l’auteur on peut facilement confirmer cela. Et le pouvoir d’un des personnages du manga se nomme « Scary Monsters », tout comme l’album de Bowie, Scary Monsters (and Super Creeps).

Downloads D21

Jojo’s Bizarre Adventures

Il est également présent en tant qu’avatar virtuel dans The Nomad Soul, premier jeu du studio Quantic Dream. La bande son du jeu est chantée par Bowie, et on peut le croiser avec son groupe dans certains bars du jeu.

12524099_1122057621145260_4253125081040539037_n

The Nomad Soul

Et dans Metal Gear Solid 5 : The Phantom Pain, l’unité de soldats de Big Boss se nomme « Diamond Dogs », tout comme le huitième album de Bowie. Hideo Kojima avait même prévu que la chanson éponyme de l’album soit jouée lors des crédits du jeu, mais ça a été refusé de la part de son équipe.

Karim

J’ai directement pensé à ce morceau, Cat People avec Giorgio Moroder. Mais il y a aussi un film très sympa passé inaperçu dans lequel les comédiens reprennent le temps d’une scène Under Pressure. Zach Galifianakis en David Bowie et Keir Gilchrist en Freddie Mercury. Excellente mise en scène des réalisateurs au passage.

Bilel

Et moi, c’est avec ceci que je voudrais conclure cet hommage. Au revoir, Ziggy.